31 octobre 2005

 

Demian : L'homme et l'étoile

Lorsqu'un changement quelconque se produisait en moi, si, par exemple, mon humeur s'assombrissait ou si une pensée nouvelle me venait, elle le sentait immédiatement. Les rêves que je faisais me semblaient être inspirés par elle. Souvent, je les lui racontais et ils lui semblaient compréhensibles et naturels. Il n'était rien d'étrange que son intuition ne fût capable de saisir. Pendant un certain temps, je fis des rêves qui reflétaient nos entretiens de la journée. Je rêvais que l'univers entier était en plein bouleversement et que, seul ou avec Demian, j'attendais la grande destinée. La destinée restait voilée, mais elle laissait entrevoir les traits d'Eve. Être choisi ou rejeté par elle, c'était là ma destinée.Plusieurs fois, elle me dit en souriant : « Votre rêve n'est pas complet, Sinclair. Vous avez oublié ce qu'il renfermait de meilleur », et il m'arrivait alors de me rappeler ce que j'avais omis, et je ne pouvais comprendre mon oubli.Parfois, j'étais mécontent et rongé de désir. Je ne pouvais plus supporter de la voir à mes côtés sans pouvoir la serrer dans mes bras. Elle le remarqua aussi immédiatement. Il arriva une fois que je restai plusieurs jours sans me rendre auprès d'elle. Lorsque je revins, plein de confusion, elle me prit à part et me dit : « Vous ne devez pas vous livrer à des rêves aux-quels vous ne croyez pas. Je sais ce que vous désirez. Vous devez renoncer à ces désirs ou les désirer vraiment. Si vous pouviez être persuadé de la réalisation de votre désir, il s'accomplirait aussitôt. Mais vous désirez et, aussitôt après, vous vous en repentez et éprouvez de la crainte. Il vous faut dominer tout cela. Je vais vous raconter une histoire. »Et elle me raconta l'histoire d'un jeune homme qui était amoureux d'une étoile. Il tendait les bras vers elle sur le rivage et l'adorait. Il rêvait d'elle et lui consacrait toutes ses pensées. Mais il savait, ou croyait savoir, qu'une étoile ne pouvait être embrassée par un homme. Il croyait que sa destinée était d'aimer sans espoir une étoile, et, avec ces pensées, il édifia tout un poème de renoncement, de souffrance muette, d'amour fidèle, qui devaient l'améliorer et le purifier. Mais tous ses rêves étaient pleins de l'étoile. Une nuit, il se trouvait au bord de la mer, sur un rocher élevé, et contemplait l'étoile, tout consumé d'amour pour elle. Et, dans un instant de nostalgie extrême, il fit le saut et se précipita dans le vide au-devant de l'étoile. Mais, au moment de sauter, il pensa encore, en un éclair : c'est pourtant impossible ! Et il vint se briser sur le rivage. Il n'avait pas su ce qu'est aimer. Si, au moment de sauter, il avait eu la force de croire fermement à l'accomplissement de son désir, il eût volé jusqu'à l'étoile et se fût uni avec elle.« L'amour ne doit pas prier, dit-elle, mais il ne doit pas exiger non plus. L'amour doit être assez puissant pour devenir une certitude. Alors, au lieu d'être attiré, il attire. Sinclair, votre amour est attiré par moi. S'il m'attire un jour, je viendrai. Je ne veux pas faire de cadeaux. Je veux être conquise. »

Demian. Die Geschichte von Emil Sinclairs Jugend, Herman Hesse, 1919

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?