30 mai 2005

 

Convulsions post-traumatiques... C'est un NON, NON ?

Certains NONistes s'étonnent de voir le vicomte vendéen, qui fut longtemps monarchiste - s'il ne l'est point encore, je suis ouvert à toute information !, de demander à Chirac une démission qui pourrait apparaître comme un appel à la démocratie directe sous une forme peu ragoûtante ; encore qu'avec le niveau d'implication du bonhomme et les visées européennes qui furent les siennes jusqu'à hier soir, on puisse comprendre cet appel.
Mais la dissolution, elle, est plus fondamentalement justifiée. Je rappelle l'argument de Villiers : 92% des députés ont accepté la modification de la Constitution Francaise à Versailles au début 2005, dans l'optique de ratifier le TECE*. Mais 55 % des Francais refusent ce traité. Le Parlement est donc en désaccord flagrant, sur une question essentielle puisque constitutionelle, avec le peuple dont il est censé tirer sa légitimité. Dont acte et demande de dissolution.

Premières réactions des OUIstes à la victoire du NON.
Pour un certain nombre d'entre eux, le TECE aurait du être ratifié par voie parlementaire et non référendaire. Je suis outré de l'idéologie totalitaire de ces bien-pensants, qui estiment le peuple incompétents à se prononcer sur une Constitution ! La modification ou la création d'une Constitution est naturellement du ressort du peuple ; on pourrait même souligner que la rédaction du TECE par une Commission nommée par cooptation et non élue par le peuple faussait le jeu dès son commencement.

Autre réaction :
la France est la honte de l'Europe, en refusant une Constitution imparfaite mais nécessaire.
J'ai essayé l'argument : "En 1789, la France était la première et la seule, à ce moment, à déclarer solennellement que l'homme avait des droits intangibles. Aurait-il fallu avoir honte, comme vous avez honte que la France ait été la première et la seule, pour l'instant, à refuser une Constitution mauvaise ?"
Mais ca n'a bien sur "rien à voir". La courte vue est donc la chose la mieux partagée du monde.

Autre réaction : le malheur va s'abattre sur nous.
Sans aller jusqu'au catastrophisme, on pourrait remarquer que la situation de la France n'est pas si fameuse que ca. Le modèle social francais, en conjonction avec un certain versant de l'Europe de Bruxelles, a conduit à la situation économique et sociale qu'on connait, et dont le chiffre du chomage n'est que la partie émergée. Ce modèle a perduré à cause des mêmes qui nous vantaient dernièrement le TECE comme le remède nécessaire, alors qu'il est dans la droite lignée de cette idéologie exacerbée. Pourquoi irait-on plus mal qu'aujourd'hui ? On veut nous faire croire que la France va s'arrêter de tourner parce que les Français refusent de continuer à perdre ? Ne sont-ce pas les populations les plus actives qui ont voté le plus massivement pour le NON ?

* TECE : Traité Établissant une Constitution pour l'Europe

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?