28 mai 2005

 

Cécilia et Nicolas : circulez, y a rien à voir !



Alors que les médias francais sont en train d'étouffer "l'affaire", j'en veux pour preuve cette page de Google Actualités, avec une recherche sur les 40 articles liés à cette affaire, seul le Matin continue d'enquêter, et de servir de caisse de résonance à ce que tout le monde sait, mais personne ne dira : "sait-on jamais, on ne va quand même pas se mettre à dos un futur présidentiable !". Un corporatisme courtisan à l'égard des puissants, une solidarité rare dans le mutisme : en 1988, la presse aux ordres avait caché avec autant d'ardeur l'existence de la fille d'un président de la république, laissant "Minute" révéler le pot-aux-roses. Rien n'a vraiment changé depuis.

Ils oublient que les moyens de communication ont évolué depuis quinze ans, à l'époque où dénoncer la "conspiration médiatique" vous classait directement dans la plus noire des périodes de notre histoire... sans hurler au complot, le constat de l'impuissance de la classe médiatique à se penser indépendante des puissants du jour se fait plus évident pour une partie croissante des lecteurs. Pour un Zemmour, qui balance sur Chichi à coup de romans à clefs, combien de Duhamel ? Pour un Bercoff, que je soupconne fortement, au vu du style et des informations, d'avoir écrit la récente Lettre à l'élu, signée "Bernie Ch.", combien de Jean Daniel ?

Ce sont donc les blogs et les forums qui relaient ce que personne ne dira, amenuisant à chaque "affaire" la crédibilité des médias nationaux.
Ici Anyhow relaie, là Pingoo Parkconstate les dégâts, plus loin Bruno Fay relève aussi l'effet "Mazarine".
Il se prépare pour 2007 en France la même vague de contre-attaque qui a sévi aux USA pour la campagne présidentielle 2004, durant laquelle les bloggers ont pu "avancer" la retraite de l'icone médiatique Dan Rather (CBS), en révélant ses mensonges publics et en le poussant à s'excuser et à poser sa démission.

L'article du Matin online, ce jour : Crise lourde pour le couple Sarkozy
En dehors du Parisien, le reste des médias de l'Hexagone reste discret sur l'«affaire Cécilia». Mardi dernier, le quotidien FranceSoir soulevait l'affaire en titrant: «Le grand désarroi de Sarkozy». Mais, depuis, plus rien. Mis à part quelques éditorialistes et le chroniqueur du «Fou du roi», Guy Carlier, qui commentait, hier, sur les ondes de France-Inter: «Dans la téléréalité politique, Cécilia vient de quitter le «Loft»!» Jeudi soir, Nicolas Sarkozy avait pourtant rompu le silence en s'exprimant sur France 3, dans le «19-20». Les médias s'accordent pour relayer que le couple va mal. Mais jamais le mot divorce n'est prononcé. Et pas une ligne sur l'amant de madame ni sur la réputation de coureur de monsieur. Tout est dit à mots couverts. A coups d'euphémismes et de propos nuancés. En France, la relation entre Cécilia Sarkozy (47 ans) et Richard Attias (45 ans) semble être le secret le mieux gardé de la République. Le Tout-Paris est au courant, mais personne n'en parle. Pour connaître un peu plus de détails sur la suite du feuilleton Sarkozy, les Français n'ont plus qu'à se replier sur la presse francophone, qu'elle soit belge ou suisse.


Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?