27 mars 2005

 

No comment

Nul ne peut soupçonner Le Monde de minimiser le racisme. Au cours des vingt dernières années, le journal lui a consacré des milliers d'articles, de reportages, commentaires ou points de vue, et toujours dans le même sens : il s'agissait de décrire, analyser et condamner les discriminations ou les humiliations dont sont victimes en France des personnes d'origine étrangère. Et voilà que le numéro du 16 mars a consacré sa manchette et une page entière aux violences "anti-Blancs" survenues au cours des dernières manifestations lycéennes !
[...]
Le journal comme les médias français en général est absent des zones sinistrées de banlieue. Il ne suffit pas d'un reportage de temps en temps pour rendre compte de ce qui s'y passe, en bien et en mal. Plusieurs lecteurs nous font remarquer que, chaque jour, le pire y côtoie le meilleur : des violences, mais aussi des initiatives intelligentes et courageuses, des parcours exemplaires de jeunes issus de l'immigration... Le racisme n'est pas seulement à double sens, mais affecte aussi les minorités entre elles. Cela dit, il n'y a pas que du racisme, et toute agression n'en relève pas nécessairement.

Le Monde n'a pas attendu les manifestations lycéennes de mars pour commencer à aborder des réalités dérangeantes. Mais il l'a fait jusqu'ici de manière timide et incomplète. L'investigation, dans ce domaine, a été insuffisante, et c'est un euphémisme.


La chronique du médiateur

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?