26 janvier 2005

 

Vice de procédure

Arrivera un temps où le décalage croissant entre le discours et la réalité franchira la limite de l'insupportable. À ce moment, nécessité fera loi, et les anciens paradigmes seront nécessairement revisités.
L'augmentation progressive des budgets sociaux est à la fois favorable et frein à cette divergence :
L'emprise considérée comme inexorable des aides et assistances diverses de l'Etat à l'individu ou aux groupes est alimentée par des structures de plus en plus lourdes et procédurières. Multiplication des revenus minimaux, des allocations, des assurances, des droits et des prestations, qui confortent l'individu assisté dans son statu quo. Installation de niches de populations dépendantes presque entièrement de la manne dépersonnalisée de "l'Etat". Les besoins et les publics considérés comme précaires, exclus ou nécessiteux croissent chaque jour.
Cette pieuvre a un coût direct, en dévorant des budgets colossaux. Elle pèse indirectement en autoalimentant cet état de transfusion.
Ces deux coûts, l'un matériel, l'autre social ou psychologique, peuvent entraîner une réaction quand leur réalité déborderont le discours qui les cautionne.

Comments: Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?