30 octobre 2004

 

Vite une maltraitance !

Après le triple meurtre d'Ancourtville, les dépêches fusent déjà. Il faut expliquer cet acte affreux. Et puisque la société ne peut être coupable, il faut trouver une raison valable à cette tuerie.
Il faut admettre que Pierre n'a pas suivi les modèles comportementaux habituels des 10-14 ans, nouveaux chéris du marketing. Alors que tant d'autres s'endorment doucement à coups de sédatifs nommés supermarchés, OK Podium, Star Academy et consorts, il a choisi de commettre un crime, un acte gratuit (scandale !), extrême, violent, très peu respecteux de l'intégrité de la personne humaine, bref une horreur. La gravité et la culpabilité de son acte ne sont pas discutées ici, en attendant les suites judiciaires. Mais admettons que ce genre de tueries déborde du cadre dans lequel on voudrait voir s'enfermer la masse adolescente. Mais pourquoi tant d'étonnement ? La vie qu'on leur propose n'est elle pas merveilleuse, remplie de consumérisme, de course effrénée du toujours plus, de négation de toute transcendance ? Ou bien, s'il voulait exprimer son désaccord, il pouvait le faire comme des milliers de jeunes chaque année en France : se tirer une balle, finir le jeu, stopper la compétition. C'est pratique, le suicide des jeunes, on en parle une fois par an pour les statistiques, et on se voile les yeux sur ces laissés-pour-compte du train d'enfer le reste de l'année.
Alors, il faut vite trouver une raison. Une bonne raison des familles, un truc glosé sur le comptoir, un histoire qu'on puisse se raconter en se tapant le ventre le soir à table, devant la télé. Un bon petit cas de maltraitance, ca fait longtemps qu'on n'en avait pas parlé (au moins dix jours). Voila une cause qu'elle est bien gaulée ! Pensez donc, c'est du cousu main :
- la maltraitance explique le geste : le pauvre garçon martyrisé et désespéré tue sa famille bourreau.
- la maltraitance excuse le crime : s'il fut maltraité, ce n'est pas de sa faute. Voir l'innombrable jurisprudence à ce sujet.
- la maltraitance rassure la ménagère : ouf ! ce n'est pas la société qui crée ces déviances, juste une famille indigne, qui privait de télé, qui grondait, qui disputait, qui mettait peut être même une claque de temps en temps, bref le reliquat d'une époque oubliée
Rassurons-nous donc et retournons faire le plein à Auchan. Il est minuit, tout est calme, dormez braves gens !



Links to this post:

Créer un lien



<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?